Association pour la sauvegarde des sites de Cluis

Activités

Manoir

En 1090-1092, Eude de Liničres avait consenti ŕ la donation de l'église de Maillet au chapitre de Bénévent ; et peu aprčs, la châtellenie de Cluis avait dű se diviser en deux fractions : Cluis-Dessous et Cluis-Dessus. Le troisičme seigneur issu de la famille de Liničres Garnier, abandonna son nom pour celui de Cluis.

Dans l’affaire du divorce d’Aliénor d’Aquitaine, le seigneur de Cluis-Dessus Garnier, en 1152, eut sa ville brűlée par Ebbe de Déols, pour se venger du raid de représailles que le roi avait mené autour de Déols et de la Châtre notamment. Garnier de Cluis avait du prendre le parti du roi. En 1155, Garnier de Cluis s’opposa encore ŕ son suzerain au sujet de l'abbaye de Varennes, auquel mit fin Henri II Plantagenęt. Garnier dut avoir pour fils et successeur Raoul, seigneur de Cluis, qu'on trouve en 1182 marié ŕ Agnčs de Charenton, veuve de Raoul VI de Déols, seigneur de Châteauroux et de Cluis-Dessous. D'aprčs la Thaumassičre, Eude II de Cluis fut le dernier seigneur de Cluis-Dessus portant ce nom. Aprčs lui en effet, nous ignorons pour quelle cause, la châtellenie de Cluis-Dessus et la forteresse du Repaire passčrent vers 1260 environ, entre les mains d'Ythier de Magnac et de sa femme Agnčs de Précigny. Ythier IV mourut sans postérité, et eut pour héritičre sa soeur Bellassez de Magnac, qui avait épousé en 1360 un chevalier nommé Aymery de Castres. Celui-ci, le jour de la Toussaint 1366, fournit, au nom de sa femme, au seigneur de Châteauroux, Guy II de Chauvigny, l'aveu et dénombrement du Ť chasteau et ville de Cluis-Dessus, avec tous les hommes et femmes francs de la franchise nouvelle de Cluis ť. Parmi les fiefs relevant de la châtellenie de Cluis, les plus importants étaient : le lieu de Puy-la-Bosse, tenu par Philippon du Coudray ; la seigneurie du Repaire, avec justice haute, moyenne, et basse, possédée alors par Jehan de Magnac ; le château de Châron avec l'étang et le moulin de Châron ; l'hôtel et manoir de Gournay et enfin le château de Céris, avec colombier, prés, et péages, tenu par Jehan de Céris. Quant ŕ la justice de Cluis-Dessus, elle s'étendait alors sur les paroisses de Cluis-Dessus, Gournay, Bouesse, Buxičres-d’Aillac, et Maillet. En 1369, la guerre ayant repris avec l'Angleterre, Cluis-Dessus prit le parti anglais. Charles V n'hésita pas : il déclara Ť forfaitesť les seigneuries de Cluis-Dessus et de Bouesse, et aprčs maintes péripéties, en juillet 1371, Bellassez de Magnac, veuve, obtint des lettres de rémission ŕ la condition d'ętre désormais fidčle au roi. Les seigneuries de Cluis-Dessus et de Bouesse en particulier furent vendues ŕ Charles de Gaucourt, futur maréchal de France pour solutionner un héritage. Il décéda lui-męme en 1482, aprčs une brillante carričre, laissant huit enfants, quatre filles et quatre fils. Sa lignée s’éteignit seulement en 1589. Le château passa alors dans la famille des Montaignac puis du marquis de Lestrange. Ce dernier le vendit aprčs la Révolution ŕ la famille Richer qui le céda ŕ la commune en 1868 pour y établir la mairie.

icon

Prochain évčnement