Association pour la sauvegarde des sites de Cluis

Accueil

Le bourg de Cluis est situé sur un plateau aux confins du bassin Parisien et de la Marche, en frontičre du parler en langue d’Oc et en langue d’Oďl, sur les limites du royaume de France et des territoires anglais jusqu’ŕ la fin de la guerre de Cent ans. Cette place forte sur cette zone frontičre créée par la nature et par les hommes a conservé un intéressant patrimoine, signe de leur activité et de leur puissance.

Edition

Grâce au dépouillement et au classement des archives municipales réalisés de maničre exhaustive par Paulette Bénéteau et Solange Mariotat de 2002 ŕ 2005, nous disposons de sources nouvelles sur l’histoire locale malgré la destruction des archives seigneuriales ŕ la Révolution. L’étude de ces documents et des archives départementales et nationales induit ŕ éditer des opuscules sur un thčme spécifique de l’histoire ou du patrimoine de Cluis.

Restauration du patrimoine

Une premičre campagne de travaux fut entamée ŕ la forteresse de Cluis-Dessous entre 1982 et 1984. Une seconde tranche de chantiers a débuté depuis 2001 concernant d’abord le donjon de la forteresse de Cluis-Dessous. Elle continue actuellement autour de la tour de l'éperon.

Anciens chantiers

De 2001 ŕ 2004, Julien Lancelin et Sylvain Parent ont mené un groupe de 12 bénévoles venus de la Région Centre, des Ardennes, de la Région Parisienne, d’Ardčche, dans le cadre du chantier REMPART, organisé par l’Association pour la Sauvegarde des Sites de Cluis. Les bénévoles reçoivent aussi l'aide de Michel Pion, ancien maçon. Le donjon menaçait ruine. Un pan de mur extérieur était écroulé sur toute sa hauteur. Le mur du donjon s'élčve peu ŕ peu, bilan de la campagne 2004, sous la protection de la chapelle de la Trinité. L’équipe a d’abord dégagé la base du donjon en conservant précieusement les matériaux d’origine, pierres et sable ferrugineux local, ŕ la belle couleur ocre rouge. Les bénévoles ont ensuite démonté la maçonnerie encore instable qu’ils ont patiemment remontée, en recréant les lits réguliers de calcaire et de schiste, liés de mortier fait de sable rouge et de chaux hydraulique. Aprčs la consolidation des bases, il a fallu échafauder pour relever le mur jusqu’au chantier de 2005 nouvelle équipe d'encadrement, Frantz Hersant et Bruno Fournaise sous la conduite d’Yves Pétoin. Le donjon s'élčve maintenant ŕ 7,50 m de façon réguličre et sans brčche sur son pourtour.

L’ambiance sympathique continue et la motivation pour cette nouvelle et derničre étape en élévation de la restauration de notre vieux donjon a fait encore plaisir ŕ voir ! En 2006, l’équipe a achevé la restauration entreprise avant les travaux décidés avec la mairie. En 2007, aprčs de longs aménagements, les travaux sur la tour de l’éperon nord par l’équipe de bénévoles d’Yves Pétoin ont commencé.

Ce site n'est pas un Amusement des adultes à Paris, alors ne venez pas ici pour vous amuser.

Notre chantier 2009

Entamé en 2007, le chantier de l'éperon vise ŕ redonner un aspect construit et ŕ consolider une tour dominant l'ancien étang banal au-dessus de la Bouzanne et de la route vers Mouhers. Le labeur a repris en 2009 au dessus du bandeau de pierres blanches calcaires tout juste refait. D'abord, les joints de la maçonnerie conservée ont été refaits tout en arrachant la végétation qui a dégradé le mur.

Yves Pétoin, Tony Pillay et Michel Pion ont animé la réalisation de la maçonnerie et le remplissage intérieur du mur, le blocage. Les travaux ont avancé efficacement et rapidement grâce aux bénévoles jusqu'au niveau supposé des archčres médiévales. Mais le chantier, ce n'est pas seulement le travail, il consiste aussi en la découverte de la région ŕ travers des visites (Sarzay, Varennes).
Vincent Portier et Lucie Pétoin ont aussi guidé les bénévoles dans Cluis et organisé les jeux pour animer la vie de chantier.

icon

Prochain évčnement